Hourra

03 février 2018

elle

n'a jamais été aussi maigre.

D'accord, c'est ce que le vulgaire appelerait une grande sauterelle. Elle est grande, et maigre de nature.

Mais quand même, la robe à motifs noirs et blancs, extrêmement élégante, laisse voir des jambes qui n'ont jamais été aussi fines. C'est probablement une robe qui coûte assez cher.

Elle est maquillée, plus que d'habitude. Elle a masqué du mieux qu'elle peut ses cicatrices d'acné, entouré ses yeux, éclairé ses lèvres, frisé ses cheveux. Elle porte de nombreux bijoux.

Elle te sourit, tout le temps. De plaisir, et de timidité. Sa timidité naturelle, que tu connais un peu, avec ses rires d'excuse.

Et elle parle. Elle parle vite, tout le temps. De son voyage récent. Des amis qu'elle est allée voir avec son mari. Tu ne connais aucuns d'entre eux. De ses enfants. Celui qui va bien, trace sa route, ne se pose pas de questions. Celui qui est angoissé, trop angoissé, et elle s'en veut. Comme si elle avait une responsabilité.

Elle parle de son travail, des documents que tu lui dois, du prochain projet, de l'école, de son travail. Elle travaille, beaucoup. Elle reste tard. Elle est la dernière à partir, et de loin. Elle ne travaille que trois jours par semaine, mais resterait cinq si elle pouvait.

Mais elle ne peut pas. Il y a les examens. Et la chimio, toutes les quatre semaines. Elle t'explique les drains, les seringues, les pompes, les protocoles... Elle ne te parle plus de ses anciens projets: greffe du foie, traitement expérimental. Elle est dans sa routine, en attente.

Déjà heureux, te dit-elle. On lui avait promis quatre à six semaines. On est presque à un an. Ca tient. Ca tient bon.

Elle rit, et elle parle, vite, sans arrêt. De trucs, de choses. Tu n'écoutes plus vraiment. Mais tu sais que tu es utile, à cet instant.

Tu sens, presque dans tes veines, les monstres, tapis, dans son corps. Bridés derrière la digue de produits chimiques qui les massacre une fois par mois, ils attendent, tapis, comme les soldats dans leurs tranchées. Ils attendent l'arme secrète, qui les fera ressortir. Elle s'appelle mutation. Un jour, l'une des cellules trouvera la façon de vaincre le médicament, et les troupes passeront à l'assaut, une fois de plus.

Et elle te regarde, et elle sourit, et elle parle de ses projets.

Posté par lebradeur à 11:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


elle (sur le pont de Nantes)

est arrétée, net, au milieu du trottoir.

Le nez en l'air, collé sur l'écran de son smartphone.

Alors tu lèves le nez, toi aussi, et tu vois que trois avions ont croisé leurs trajectoires dans le ciel. Les deux premiers ont dessiné un X, et le troisième est passé exactement à l'intersection, coupant la figure symétriquement.

Posté par lebradeur à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lui (sur le pont de Nantes)

barbe mal tenue, veste ample vaguement façon militaire, pantalon noir déglingué. Il avance en jonglant avec des balles molles, sans doute en une sorte de tissu.

L'une des balles échappe à la trajectoire prévue, et glisse vers le sol. Il la rattrappe d'un coup de pied, avec l'air de "c'était prévu". La balle rebondit vers le ciel, passe la rambarde du pont et plonge vers la Loire.

Il regroupe ses balles dans une main, et se colle contre la rambarde, pour regarder en bas, de l'autre côté.

Toi, tu as bien vu que la balle fait maintenant partie des objets immergés.

Quand tu passes à hauteur du type, il est toujours accoudé, et feint de contempler le fleuve.

Posté par lebradeur à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2017

Il ne faut pas

aller sur www.moodica.com surtout si on a une vie par ailleurs.

Il ne faut pas.

Posté par lebradeur à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2017

Bon sang, il y avait longtemps que je n'avais pas autant rigolé

avec un site qui existe pourtant depuis longtemps:

<BoyMan> Ben alors tu m'avais bloqué ou quoi?
<KKBB> Nan, j'ai du me racheter un pc...
<BoyMan> oO Il était neuf ton pc?
<KKBB> Ouais mais avec ma soeur on a un jeu débile, tu vois le film de Youn Les 10 Commandements? A la fin, les petites vengeances qui augmentent en intensité?
<BoyMan> Ouais
<KKBB> Ma soeur et moi on joue à ça depuis... des années, mais ça restait gentillet, du style "j'écrase ton gateau au gouter" "Je vide le lait dans l'évier pour ton ptit déj", ça nous faisait rire
<BoyMan> Ouais et?
<KKBB> Ben on est monté en intensité quand j'ai déchiré son poster de Percu, elle a écrit au marqueur sur ma toile Bob, puis j'ai décousu Kiki son lapin en peluche qu'elle a depuis sa naissance, alors elle s'en est pris à mon chat en l'enfermant avec gamelle et sans litière dans ma piole, etc.
<KKBB> Et quand je m'en suis pris à ses cheveux en pleine nuit, elle a balancé mon pc par la fenêtre...
<BoyMan> Pour des cheveux? Elle est tarée ta soeur?
* KinaO vient de se connecter
<KinaO> T'es un homme mort !!!
<KinaO> Je te jure que je vais faire de ta vie un enfer... En attendant, viens me chercher pour m'emmener au boulot, s'il te plait, ma vengeance se mangera froide...
* KinaO vient de se déconnecter
<BoyMan> ?oO?
<KKBB> Aaaahhhh, je savais qu'elle aimait sa voiture plus que je n'aime mon pc...
<KKBB> T'as un garage BoyMan? J'ai une voiture à planquer quelques temps :p
<BoyMan> Rassures moi...Vos parents sont des gens normaux?
<KKBB> Ben je sais pas, là ils font une bataille d'eau...


En savoir plus sur https://danstonchat.com

Posté par lebradeur à 11:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 juillet 2017

Eux

font un drôle de bruit. Enfin des drôles de bruit. Des cliquetis, des bruits de verre, de petits chocs métalliques. Des commentaires brefs, des silences.

A travers les arbres et arbustes du campus, tu te déplaces jusqu'à voir quelques silhouettes, jeunes, habillées en noir.

La plupart on un pantalon au pli bien net, et une chemise à manches longues. Deux d'entre eux ont un t-shirt. Il y a une jeune fille, habillée en noir aussi.

Ils ont des bouteilles et des shakers en aluminium à la main. Ce sont probablement les apprentis de l'école de barmen.

Ils s'entrainent sur l'herbe à jongler avec les boissons et les cocktails.

Posté par lebradeur à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 avril 2017

40 ans déjà!!!

qui s'en souvient encore, de ce coup de clé à molette????

Posté par lebradeur à 23:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mars 2017

Il a été scientifiquement démontré qu'il est impossible

de travailler en ayant mis Hiromi UEHARA qui joue sur une autre fenêtre de votre PC.

https://www.youtube.com/watch?v=NqVDIFaCK8U

Posté par lebradeur à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2017

Lui

a quel âge? Plus de 70 ans, très certainement. Malgré des efforts pour soigner son apparence, dont une cravate, défraichie, mais cravate quand même, ses vêtements ont du mal à garder une allure.

En face de lui, un petit comptoir dans l'allée du grand centre commercial. Derrière le comptoir, le technicien se tient légèrement de profil, et tu analyses cette posture comme celle d'une personne qui voudrait s'éloigner.

"Et vous n'avez pas de pièce de rechange?

-Non, ce modèle... je ne connais pas. Ca ne se fait plus.

-Et vous pouvez la commander?

-Non, mais... Je ne sais pas trouver ça. Je ne connais pas... C'est... un ancien modèle de grille. Il vaudrait mieux en acheter un neuf."

Du bout des doigts, le technicien repousse légèrement le coffret qui se déplace de quelques centimètres sur le comptoir.

Le coffret est en carton recouvert d'une imitation de cuir noir. C'est une boite avec un couvercle qui se rabat et se verrouille avec un bouton pression. L'intérieur est tapissé d'un velours rouge. Le coffret contient un rasoir électrique, forcément ancien, et quelques accessoires. Le carton, le skai noir, l'intérieur en velours, te font remonter des souvenirs d'objets de ton enfance.

Le vieux monsieur regarde le coffret, le technicien, le coffret. Il tient le couvercle ouvert entre ses doigts, hésitant sur le geste.

A côté de lui, une dame d'environ 35 ans. Elle n'a rien dit jusque là. Elle pose deux doigts sur l'avant-bras du monsieur.

"On va s'en aller, Monsieur. On va y aller."

Il relève le couvercle de la boite, le rabat, et verrouille avec le bouton pression. Il reprend le coffret maintenant fermé, et le met dans un sac en plastique. La dame s'éloigne, en veillant à ce que le vieux monsieur l'accompagne.

Au bout de son bras pend le sac en plastique.

Posté par lebradeur à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]